Force, object, and you know the rest

An author in Le Figaro:

Le supranationalisme est le résultat d’un dépassement de la pensée des Lumières dans le sens où il manifeste concrètement la croyance que des principes universels régissent la vie de l’homme. Le multiculturalisme, de son côté, vient de la perception romantique de l’Autre, envisagé comme fondamentalement bon et doté d’une identité immuable. Malgré leurs origines philosophiquement divergentes, ils ont le même effet: le démantèlement de l’État-nation. Et de façon étrange, ils semblent avoir fusionné pour s’arrêter sur la même vision de l’avenir: un monde sans frontières, sans distinction entre «nous» et «eux», sans nations, un monde pour l’Humanité…

le problème le plus profond avec l’islam, c’est la charia, une loi de compétence universelle et non-territoriale qui affronte donc frontalement la philosophie universaliste de l’UE et de la Cour européenne des droits de l’homme. Il est absolument urgent de réaffirmer devant les communautés islamiques l’importance de la loi territoriale séculaire. Et la seule façon de le faire est d’être d’une fermeté absolue en matière de loyauté nationale. Autant de choses qu’une administration bureaucratique et universelle comme l’UE ne pourra, par définition, jamais mettre en oeuvre. Les musulmans doivent faire passer la loi nationale avant les règles du Coran (un récent sondage en Hollande montre que 70% d’entre eux s’y refusent).

70% is a pretty big number. Tick tick tick, as we’ve often said. More better, more worse. Stay quiet and you’ll be okay. (BTW, the piece also uses a variant of oikophobia.)

Leave a Reply